couche incontinence

Incontinence urinaire et sclérose en plaques

Incontinence urinaire et sclérose en plaques

 

Les troubles vésico-sphinctériens sont extrêmement polymorphes, et apparaissent dans la grande majorité des cas dans les 10 premières années de l’évolution de la maladie (96 % des patients). Ils sont en général associés à la première poussée de Sclérose en plaques (SEP) dans 2 à 10 % des cas, voire 34 %. Ces troubles vésico-sphinctériens peuvent représenter le premier signe de la maladie neurologique, qui sera par la suite diagnostiquée sur l’apparition et l’évolution d’autres signes neurologiques (2-6 % des cas).
Globalement, la prévalence des troubles vésico-sphinctériens chez des patients atteints de SEP varie entre 30 à 96 %. Cette hétérogénéité est le reflet des différences lié au type évolutif de la SEP, à la durée de la maladie et au degré de handicap, ainsi qu’à une probable sous-évaluation par certains praticiens des problèmes urologiques qui s’installent progressivement et à bas bruit. Les troubles vésico-sphinctériens apparaissent en moyenne entre 6 et 10 ans d’évolution de la SEP.